Mode, réseaux sociaux et communauté

La mode et les réseaux sociaux traditionnels généralistes

La Fashion Week Parisienne de ce mois de mars a présenté les collections de Prêt à Porter Automne/Hiver 2014/2015. Force est de constater qu’Instagram a été LE réseau social incontournable. Quoi de mieux que ce réseau qui compte de plus en plus d’adeptes voire d’addicts, pour partager les photos de défilés, de looks des invités, des stars présentes mais surtout des backstages ?

Twitter, certes bien moins visuel, n’a pas été en reste, avec l’exemple marquant du défilé Chanel, où le grand Karl présentait sa collection dans un supermarché.

 

Mode, réseaux sociaux et communauté

C’est avec délice donc, que le commun des mortels ne pouvant assister au défilé a pu découvrir les premières images en exclusivité et en quasi instantané !

Mode, réseaux sociaux et communauté

Sur Pinterest, on a vu fleurir de nombreux tableaux « Fashion Week Paris » comme celui ci ou celui là. Et Marie Claire nous clamait que Pinterest était LE réseau incontournable pour suivre la Fashion Week, dans cet article. On y apprend en effet que le réseau social a invité quelques personnalités de la mode à jouer les investigatrices.

Verdict ? Tous les réseaux sociaux ont été LE réseau social incontournable de cette Fashion Week … Nous voilà bien avancés ! Tirons en une simple conclusion : la Fashion Week s’est emparée des réseaux !

Beaucoup de bruit pour un peu de tissu diront certains… Pas si sur !

La mode, un secteur pas si frivole ?

La mode est un réel enjeu économique, en particulier en France. Faisons preuve d’un peu de chauvinisme ! Dior, Chanel, Hermès, et toutes les grandes maisons de la filière luxe sont un moteur incontestable de l’économie Française. La France est le n°1 mondial sur ce secteur, avec un taux de croissance élevé et une balance commerciale fortement excédentaire. En effet, sur 270 marques de prestige dans le monde, 130 sont françaises.

Voilà pour les chiffres. Mais plus que l’aspect économique, la mode fait rêver, fait parler et dispose d’un fort pouvoir identitaire. Et quoi de mieux qu’un même style vestimentaire pour unir, rassembler et faire vivre une communauté ? Si les grands noms des réseaux sociaux se disputent la primeur des Fashions Week, la présence des marques, c’est bien que l’enjeu communautaire est important.

Les marques ne peuvent que difficilement exister en dehors du web. Et quand bien même elles décideraient de ne pas se lancer, les prescripteurs de tendance tel que les blogueuses influentes parleront d’elles… en bien ou en mal. Mieux vaut ne pas louper le coche !

« Nous sommes en pleine ‘it-isation’ de l’économie de la mode. Les produits ‘likés’ sur Facebook sont immédiatement partagés par des milliers d’internautes« , rappelle Sabrina Pélissier,Chargée d’études et de prospective tendances au sein de l’agence Martine Leherpeur,Co-fondatrice et rédactrice mode pour le magazine en ligne « De jeunes gens modernes ». « Le digital native suit davantage des communautés de pensée plutôt que des mouvements marketing. C’est un consommateur moins réceptif aux histoires des marques. Ces dernières ont eu tendance à beaucoup se raconter, cela ne marche plus. L’esprit global d’une griffe, comme il a pu exister un style Ralph Lauren ou Prada, n’a plus d’impact sur ces nouveaux consommateurs. Ce qui les intéresse, c’est le produit, ou plutôt LA pièce forte facilement identifiable, compréhensible et transmissible via les réseaux sociaux. » (source)

Les marques se doivent de comprendre les réseaux sociaux… et elles en sont conscientes depuis longtemps !

Dès 2011, la marque The Kooples a embauché un Community Manager avec un leitmotiv de la part des dirigeants plus que fréquent « nous avons plein de fans , mais on ne sait pas quoi en faire« .  Lacoste a été plus précoce en faisant intervenir une Community Manager en 2010, Constance Smith . Elle explique que “l’idée à travers cette présence sur les réseaux sociaux est de créer plus de proximité et de donner plus de visibilité à la marque au-delà de la mode et du sport, sur son savoir-faire, son héritage, etc. Il faut interagir avec les fans, pouvoir vraiment visualiser de cette manière l’affect lié à la marque. » (Mode et réseaux sociaux, Fédération du Prêt à Porter).

Les marques de couture et de prêt à porter ont été des précurseurs sur les réseaux sociaux. Et elles continuent d’innover. Mais elles ne sont pas les seules à être présentes sur la toile.

Les blogueuses mode, jeunes, belles et surtout… influentes !

Vous pouvez retrouver les meilleurs blogs mode ici ou encore là , avec pour ma part, un coup de coeur pour la Garance Dorée, qui en plus d’être blogueuse est illustratrice, journaliste et… corse !

Mode, réseaux sociaux et communauté

 

Fashions victim, Fashionistas… oui, c’est sur, elles le sont. Addict à la mode, aux look inattendus, à l’originalité, elles ont toutes leur créneau, leur sensibilité, mais avec un point commun non négligeable : une audience.
La blogueuse mode dispose en effet de sa propre communauté, qu’elle a forgé à grand renfort de test, de conseils et d’avis plus ou moins exacerbés sur les produits des marques. Elle s’est donc dotée d’une influence réelle et NON NEGLIGEABLE sur son audience.
Elle est une actrice, active, pilier d’une communauté, et les marques ont tout intéret à être à son écoute.   

Communauté, qui outre les blogs, se retrouvent sur divers réseaux sociaux. 

Les réseaux sociaux spécialisés dans la Mode

On compte de nombreux réseaux sociaux spécialisés dans la mode. www.looknbe.com, www.polyvore.comvinted.fr le réseaux social spécialisé dans le vide grenier, spootnik.com qui recense et propose à l’achat les plus beaux objets, mais aussi www.stylight.fr

Bref, Google est votre ami 🙂
Un marché intarissable, porteur, glamour et… rentable ! Du pain bénit pour les CM en quelque sorte 😉

Amoureuses de la mode, à vos souris !